Vladimir Poutine, président de la Russie 2020

Le président Vladimir Poutine a assoupli lundi les mesures de lutte contre les coronavirus de la Russie, alors même que le pays a signalé un autre jour un nombre record de nouveaux cas de COVID-19. Dimanche, la Russie a enregistré 11 656 nouveaux cas, ce qui porte le nombre total à 221 344. Moscou reste au centre de l’ épidémie russe avec plus de la moitié des infections et décès connus enregistrés dans la région de la capitale.

Dans une déclaration télévisée, Poutine a annoncé la fin du “régime de non-travail” vieux de six semaines qui a maintenu les Russes dans des emplois jugés non essentiels chez eux. Ces travailleurs ont été autorisés par le gouvernement fédéral à reprendre le travail à partir de mardi. Poutine a toutefois laissé aux autorités régionales le soin de décider de lever ou de prolonger leurs mesures de verrouillage individuelles.

 

“La bataille contre l’épidémie n’est pas terminée”, a déclaré M. Poutine. Il a affirmé que les restrictions avaient permis de sauver des milliers de vies et de ralentir l’épidémie dans le pays.

Les autorités de Moscou ont déjà prolongé les mesures d’auto-isolement dans la capitale jusqu’à la fin mai, mais ont permis à l’industrie et à la construction de reprendre cette semaine. Les résidents devront également porter des masques faciaux et des gants dans les lieux publics.

Des restrictions à l’échelle nationale resteront en place pour les personnes de plus de 65 ans, ainsi que pour les personnes souffrant de maladies chroniques, et tous les rassemblements de masse sont toujours interdits.

 

La représentante de l’Organisation mondiale de la santé en Russie, Melita Vujnovic, a déclaré dimanche lors d’un entretien téléphonique avec Bloomberg que le pays pourrait approcher du pic de son épidémie.

“Les cas sont toujours là mais le taux de croissance se stabilise”, a indiqué M. Vujnovic. “Nous espérons, au cours des derniers jours, que ce soit sur un plateau.”

Le bilan officiel des décès en Russie reste relativement faible par rapport à d’autres États avec un nombre aussi élevé de cas, avec seulement 2 009 décès signalés dans l’ensemble. Les critiques du Kremlin ont cependant émis des doutes quant à l’exactitude du nombre.

Les responsables gouvernementaux attribuent le nombre élevé d’infections détectées et le nombre relativement faible de décès au programme de dépistage à grande échelle de la Russie. Poutine a déclaré lundi que le nombre quotidien de tests effectués serait doublé en mai, pour atteindre 300 000.

 

Selon des données gouvernementales récemment publiées, Moscou a enregistré 20% de décès supplémentaires en avril par rapport à la moyenne du mois. Les chiffres du bureau de l’état civil ont révélé que 11 846 personnes sont mortes à Moscou le mois dernier, alors que la moyenne décennale de la ville pour avril est de 9 866, a rapporté lundi le Moscow Times.