drapeau de cuba tenu par des médecins contre le coronavirus

Reina Paula, une vendeuse du supermarché La Epoca de La Havane, a déclaré le même jour qu’un travailleur était positif pour le coronavirus, les autorités locales ont envoyé le reste du personnel dans une flotte de véhicules de l’État vers des installations d’isolement pour les tests.

Les prestataires de soins de santé ont retrouvé leurs proches et les ont mis en quarantaine, tandis que les organes de presse de l’État ont publiquement appelé toutes les personnes qui avaient été en contact étroit avec elles à se manifester pour empêcher la propagation du virus.

 

“Ils ont suivi les étapes cliniques comme une horloge suisse”, a déclaré Paula, à la maison après avoir récupéré du pire des COVID-19, la maladie respiratoire causée par le nouveau coronavirus.

Ceux qui ont été testés positifs ont été transférés à l’hôpital, où ils ont reçu des antiviraux et des boosters du système immunitaire, tandis que les autres ont été renvoyés chez eux en quarantaine pendant deux semaines.

L’histoire de Paula illustre l’approche rigoureuse que Cuba a adoptée pour lutter contre l’épidémie de coronavirus – aidée par le système de santé préventif, universel et bien doté du pays insulaire des Caraïbes, la centralisation et l’utilisation de la coercition.

 

Faire cela était politiquement vital pour le Parti communiste au pouvoir à Cuba, qui revendique le solide système de santé du pays comme une réalisation clé, même s’il n’a pas réussi à livrer l’économie, en partie en raison d’un embargo commercial américain.

Les nouveaux cas sont tombés à moins de 10 par jour en moyenne à partir d’un pic d’environ 50, et les deux tiers de l’île sont exempts de virus, selon les données officielles.

Lundi était le neuvième jour consécutif sans décès dû au COVID-19, tandis que la maladie hautement infectieuse continue de faire rage dans les Amériques.

“Nous pourrions bientôt nous rapprocher de la fin de la pandémie et entrer dans la phase de récupération du COVID”, a déclaré le président Miguel Diaz-Canel ce week-end.

 

Comme de nombreux pays, Cuba a fermé ses frontières et ses écoles au début de l’épidémie et a exhorté les Cubains à pratiquer la distanciation sociale, bien que cela ait été compliqué par de grandes files d’attente devant les magasins au milieu d’une pénurie croissante.

Mais Cuba a rapidement rendu les masques obligatoires et mis en quarantaine un grand nombre de personnes plutôt que de simplement leur dire de rester à la maison.

La désobéissance aux mesures contre la pandémie est passible d’une amende voire d’une peine de prison. Et l’État cubain a utilisé son monopole des médias d’information traditionnels pour diffuser des procès pour de telles infractions pour donner l’exemple et éduquer les citoyens sur le virus.

Il a également envoyé quotidiennement des dizaines de milliers de médecins de famille, d’infirmières et d’étudiants en médecine dans des foyers du pays pour effectuer des dépistages, ce qui souligne la force du système de santé, même si les ressources limitées au cours des dernières décennies ont vu les hôpitaux tomber en ruine et les pénuries de médicaments plus fréquentes.

 

Le meilleur épidémiologiste de Cuba, Francisco Duran, a déclaré que la détection précoce, l’hospitalisation et l’application de traitements expérimentaux – dont beaucoup ont été développés par le secteur biotechnologique du pays – ont contribué à réduire le nombre de décès dus au COVID-19.

Cuba, avec une population de 11 millions d’habitants, a signalé 2 200 cas et 83 décès. Cela se traduit par 0,73 décès pour 100 000 habitants, selon un décompte de l’Université Johns Hopkins, légèrement supérieur à 0,20 pour 100 000 au Costa Rica mais bien en dessous de 17,4 pour le Brésil.

Le succès a gagné les éloges des citoyens.

“Une fois de plus”, a déclaré Marina Rodriguez, une résidente de La Havane, “notre pays a montré que malgré ses difficultés, il est toujours capable de contrôler une épidémie.”