En campagne pour les municipales, Manuel Valls s’est est pris au bilan de la maire actuelle. 

L’ancien Premier ministre socialiste Manuel Valls a dénoncé lundi l’insécurité croissante à Barcelone, l’attribuant à la gestion de la maire, Ada Colau, dont il brigue la place aux élections municipales de mai prochain.

“Barcelone est sale, très sale”

“Barcelone connaît aujourd’hui trop d’incidents d’insécurité que la première responsable de la municipalité n’a pas su maîtriser”, a déclaré l’ancien ministre français de l’Intérieur. Il a accusé la maire actuelle “de tenter de se cacher derrière des rideaux de fumée, des gesticulations irresponsables, et de livrer la ville aux exigences des indépendantistes”.

“Barcelone a cessé d’être la ville sûre que nous connaissions et elle est sale, très sale”, a-t-il dit en présentant à la presse son livre, Barcelone vuelvo a casa(“Barcelone, je reviens à la maison”), où il explique pourquoi il brigue la mairie de la deuxième ville d’Espagne.

“Le livre parle beaucoup de mon expérience comme maire d’Evry ou comme ministre de l’Intérieur. L’expérience est nécessaire, a-t-il dit. C’est un contexte différent, un pays différent mais il y a beaucoup de choses qui se ressemblent”.

La criminalité a augmenté de 19% depuis le début de l’année

Le jour même, plus de 800 policiers, ont mené une vaste opération contre les trafiquants de drogue au cœur de Barcelone. Ils ont perquisitionné une quarantaine d’appartements squattés par les dealers ou les drogués dans des quartiers devenus dangereux pour les touristes et les résidents et interpellé au moins cinquante-cinq personnes.

La criminalité, surtout les vols, a augmenté de 19% depuis le début de l’année à Barcelone, d’après les chiffres officiels, et Manuel Valls a fait de la sécurité le cheval de bataille de sa campagne. Le candidat a souligné l’importance d’une coopération entre les différents corps de police, la police municipale, “qui connaît bien la ville”, et les Mossos d’esquadra, qui opèrent à échelle régionale.