Les troubles du comportement alimentaire désignent les addictions liées à l’alimentation qui sont difficiles à soigner. Pour pouvoir faire face à ces maux qui affectent non seulement les patients mais aussi leurs proches, une prise en charge disciplinaire est requise. Alors quelles sont ces solutions ? Nous faisons le point.

Le corps et l’esprit étroitement liés

La prise en charge des troubles du comportement alimentaire dépend dans un premier temps de l’âge du patient ou de la patiente. Si on prend l’exemple une jeune fille âgée de 13 ans, celle ci sera suivie dans un service de pédiatrie. Elle sera encadrée par une équipe composée de pédopsychiatres addictologues afin de traiter les effets de la maladie dans sa globalité, c’est à dire sur le corps et sur l’esprit.

Si en revanche le patient ou la patiente est âgé (e) de plus de 15 ans, alors une prise en charge sera assurée par un service plus spécifique.

Les cas les plus extrêmes

Dans le cas d’une baisse trop importante du poids, alors une hospitalisation sera nécessaire pour une nutrition par sonde gastrique. Ce traitement vise à maintenir le bon fonctionnement du corps et à permettre au patient de reprendre du poids.

Si cette solution s’avère efficace, alors une hospitalisation de jour pourra être envisagée.

L’hospitalisation en service d’addictologie

En cas de rechute, une autre solution peut être envisagée par l’équipe soignante : celle de l’hospitalisation en service d’addictologie. Cela ne nécessite pas l’installation d’une sonde pour la nutrition mais requiert cependant une hospitalisation à temps complet. L’objectif est de sensibiliser les patient(e)s aux risques et aux dangers auxquels ils sont exposés à travers leurs troubles. En parallèle, une équipe de soins veille à leur administrer les soins nécessaires pour leur santé.