E-santé et démocratie sanitaire : la corrélation entre ces deux notions est-elle assez forte pour affirmer que la santé numérique favorise la démocratie sanitaire ? Avec le développement du numérique introduit dans le système médical, les patients s’intègrent mieux dans leurs processus de traitement. Ils acquièrent plus de connaissances sur leurs états. Il semblerait que l’e-santé mène vers la démocratie sanitaire.

E-santé : de quoi s’agit-il exactement ?

Les domaines médicaux font actuellement intervenir les technologies de l’information et de la communication. Grâce à ces nouvelles technologies, les échanges d’informations s’accélèrent. D’un côté, les médecins ont la possibilité d’accéder rapidement aux dossiers de leurs patients. D’un autre côté, ces derniers peuvent suivre leurs états à l’aide des moyens de télécommunication.

Stratégies mises en place

L’intégration du numérique dans le domaine médical nécessite des stratégies bien façonnées. La réussite de celles-ci permet aux patients ainsi qu’aux professionnels de santé de profiter des avantages liés à la santé numérique. Les politiques choisies visent également à éviter la déshumanisation des traitements malgré l’informatisation du processus. Concernant la Principauté de Monaco, le programme pour les quatre prochaines années est clair. L’introduction de l’e-santé commence dès l’année prochaine. Le ministre monégasque promet la mise en place d’outils qui seront à l’origine de vrais changements dans le domaine. Les technologies à adopter prennent à la fois en compte les professionnels et les patients.

Avantages pour chaque partie

Patients, leurs familles et le personnel de santé doivent tous profiter de la santé numérique.

Médecins rapidement informés de l’historique de leurs patients

Avec la santé numérique, les informations sur chaque patient font l’objet d’un document informatisé. Le médecin traitant reçoit alors l’autorisation d’accéder à ces renseignements. Il se met au courant des examens et des traitements déjà effectués. Cela éclaire les traitements à entamer ainsi que toutes autres décisions à prendre. Grâce à l’e-santé, le médecin peut aligner sa thérapie à celle des autres équipes de soins éventuelles. Tous les résultats d’analyses sont capitalisés dans un document. Inutile de demander d’autres examens déjà faits ! Les traitements antérieurs restent visibles par les médecins actuels.

Avantages pour les patients et leurs proches

Les équipes médicales ne sont pas les seules à profiter de la santé numérique. Les bénéfices reviennent surtout aux patients. Ceux-ci peuvent suivre leurs états actuels en ligne. Après les analyses en laboratoire, les résultats sont accessibles aux patients dans les plus brefs délais. Suite aux informations mises à la disposition de l’intéressé, chacun peut comprendre sa maladie, son traitement et ce qu’il doit faire ou non. Cette démocratisation du système de traitement favorise la confiance des patients. Avec plus de compréhension et de confiance, les traitements se facilitent et deviennent plus efficaces.

À part l’amélioration du suivi de leurs situations, les malades ont l’occasion de participer à leurs rétablissements. Ils ne se cantonnent plus à un état passif, subissant uniquement les traitements proposés. Les patients prennent des responsabilités comme la réalisation de certaines analyses (mesure de glycémie…). Grâce au système d’e-santé, les informations et les tutoriels sur l’hygiène, les soins et les régimes alimentaires sont à la disposition de tous. Il est possible de s’exercer à l’aide d’un ordinateur, d’une tablette ou d’un Smartphone. Des plateformes permettent aux patients souffrant d’une certaine maladie de s’échanger sur leurs expériences.

Des difficultés perçues

Pour réussir la mise en place de la santé numérique, il faut que toutes les parties concernées adhèrent au système. La constitution des dossiers de chaque patient en mode électronique nécessite le service des personnels de la santé. Or, cette pratique, selon certains médecins, leur fait perdre du temps. Les professionnels de santé ne sont pas tous enthousiastes à l’idée de constituer le Dossier Médical Partagé. Afin de contourner ces difficultés, il faut encore mettre en place des logiciels fiables, mais simplifiés. Les interfaces doivent être faciles à utiliser.

La e-santé actuelle : bilan partiel

Les effets de la santé numérique, pour le moment, diffèrent d’un patient à un autre. On peut quand même les classifier en trois catégories :

Les individus insensibles à la nouvelle technologie : les NTIC prennent une large place dans nos vies quotidiennes. Elles commencent à s’intégrer dans le domaine médical. Pourtant, certains patients restent insensibles aux appareils numériques dans la médecine. Pour cette classe, on ne note aucun changement dans leurs relations avec le personnel de santé.

Les patients totalement plongés dans le numérique : certaines personnes perçoivent mal le concept de santé numérique. La relation avec les médecins s’affaiblit lorsque l’on se confie à une expertise créée uniquement sur les réseaux sociaux. Des patients se limitent aux conseils obtenus dans les sites et plateformes d’échange sur la santé.

La santé numérique responsabilisant les patients : dans cette catégorie, les malades collaborent avec leurs médecins en se servant des outils numériques. Leurs relations avec les professionnels de la santé deviennent plus rapides grâce à l’e-santé.