Certaines maladies psychiques provoquent des troubles qui deviennent réfractaires aux méthodes de traitement classique. Le domaine médical se sert maintenant de la réalité virtuelle afin de rendre la cure plus efficace.

20 % des Français font ou ont fait face à des troubles mentaux. Cela peut commencer par la peur extrême des microbes. D’autres patients hallucinent et vivent des sensations de persécution. Les maladies se présentent parfois sous la forme d’une quelconque addiction. Sans traitement efficace, ceux qui souffrent de la maladie mentale peuvent aboutir au suicide. Les professionnels de santé ne se cantonnent donc pas aux traitements traditionnels. Ils cherchent des méthodes plus réactives pour combattre les troubles.

Avènement de la réalité virtuelle dans la médecine

Les académies et les centres de santé psychique se tournent vers la RV immersive. Celle-ci devient alors un outil efficace à la disposition des psychiatres et des psychologues. Les chercheurs préconisent le recours à la nouvelle technologie de la réalité virtuelle pour accélérer les traitements. Que le trouble soit encore mineur ou déjà dans une étape développée, la technique permet une auto-observation du patient. Le but est de donner à l’individu la force de réussir à faire face aux situations le traumatisant. Une exposition à des séances anxiogènes par le virtuel améliore la capacité de résistance. La méthode fait succéder des expositions virtuelles et le monde réel aux yeux du patient.

Traiter les phobies avec la Virtual Reality

Divers types de peurs excessives atteignent les enfants ainsi que les adultes. Si certains souffrent de la peur de rester seul, certains vivent l’agoraphobie (peur des lieux publics et des espaces libres), ou au contraire, la claustrophobie (la peur des endroits clos). La réalité virtuelle aide à combattre ces troubles. Le professeur en psychologie et santé mentale, Lucia Valmaggia, expose les vertus de la méthode basée sur la RV. Cette spécialiste s’est penchée, depuis une quinzaine d’années, dans l’étude de l’efficacité de la réalité virtuelle dans le traitement des psychoses.

Comment guérir les phobies par l’exposition à une simulation virtuelle ? Le professeur Valmaggia explique qu’il s’agit de mettre le patient dans des situations virtuellement à risques. Grâce aux séances répétées, la résistance du malade s’intensifie. L’anxiété diminue après chaque session. Un individu qui souffre de la peur excessive de l’avion est amené dans une situation virtuelle de voyageur. Durant la séance, il vit un voyage qui le forge, petit à petit, à devenir plus résilient.

Stress : à traiter par la RV

Si la technique est capable de rétablir une personne souffrant d’une phobie grave, elle peut aussi traiter ce mal qui sévit presque toute la population de l’âge adulte. Le stress ! Plusieurs méthodes restent à notre disposition pour le combattre, mais la réalité virtuelle devient une des plus efficaces. Le fondateur du groupe Open Mind Innovation explique le processus. Le patient est exposé à des situations créant le stress. Des thérapeutes et des chercheurs ont conçu le contexte avec soin. L’individu réagit à l’attention partagée à laquelle il est soumis lors des sessions répétées. La réaction se tourne alors vers le combat ou la fuite (fight or flight).

Schizophrénie, discordance de l’émotion, de la pensée et du rapport avec l’extérieur

Certaines maladies restent insensibles aux médicaments, même les plus forts. L’hospitalisation n’exerce aucun effet sur elles. Dans ces cas, des méthodes plus adaptées sont nécessaires. Le psychiatre de l’institut Philippe-Pinel de Montréal, Alexandre Dumais, présente alors la technique de la virtualité. Avec la schizophrénie, les patients hallucinent. La plupart se disent persécutés par des démons en forme d’humain. Le psychiatre cherche donc à concevoir l’outil idéal pour introduire le sujet dans une réalité virtuelle. Il collabore avec des startups spécialisées dans les nouvelles technologies. Ces dernières l’aident à concevoir la représentation du démon. Le patient est poussé à dialoguer avec le personnage et à le combattre.

En trois ans, le chercheur se sert de la technique sur 20 personnes atteintes de schizophrénie. La thérapie s’avère efficace, avec des résultats déjà encourageants. D’ailleurs, la réalité virtuelle est alliée avec la thérapie comportementale, afin de garantir une réussite totale dans un temps de traitement optimal. Parmi les patients de Dumais, un quinquagénaire se remet de la maladie après 5 séances.

Améliorations possibles

Les patients ont besoin de solutions plus personnalisées, selon leurs maladies. Lorsque les outils utilisés permettent une totale immersion, la probabilité de guérison est maximale. Cela exige alors des perfectionnements au niveau des logiciels appliqués dans le traitement. La recherche clinique s’est déjà aventurée dans l’usage du hardware. Cependant, l’acquisition de celui-ci reste coûteuse. Une généralisation de la mise en place des matériels informatiques dans le domaine faciliterait les processus de recherche et de traitement. Si la réalité virtuelle a fait preuve d’efficacité dans plusieurs pathologies, certaines maladies ne font pas encore l’objet d’études en lien avec ce type de traitement. La dépression ainsi que d’autres troubles mentaux nécessitent encore des recherches sur l’application de la méthode.