L’Express et Franceinfo ont publié le 12 décembre dernier le rapport de l’institut Viavoice sur l’enquête portant sur l’expérience des services de santé qu’ont les Français. Réalisée pour le compte de la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP), celle-ci révèle une réelle méconnaissance des patients des politiques de santé.

Une mauvaise perception des services de santé

Sur les personnes interrogées, seules 15% ont reconnu s’être rendus aux urgences sans que cela soit une réelle nécessité. 82% sont convaincus d’avoir utilisé correctement les services d’urgence hospitaliers. Plus d’un tiers des patients ont également remis en cause la pertinence des soins. 38% estiment ne pas avoir reçus les consultations et les soins adéquats au moment de la consultation. Parallèlement, 31% pensent avoir subi des soins non justifiés tels qu’une opération ou un examen de santé.

Le défaut d’accès aux soins est un autre problème constaté par l’institut Viavoice. Il apparaît que 40% des patients peinent à bénéficier de services de santé adaptés en raison de l’éloignement des centres médicaux. Près de 75% préfèrent renoncer à des soins plus complets dans un hôpital, pour s’adresser à un généraliste exerçant à proximité de leur domicile.

Des projets gouvernementaux pour corriger les dysfonctionnements

Si 53% des patients évoquent un manque de moyens des hôpitaux pour expliquer en partie le problème d’accès aux soins, 71% avancent également une insuffisance du personnel médical. Le ministère de la Santé a présenté ses projets pour améliorer la situation en septembre 2018. Il envisage notamment d’embaucher plus de généralistes pour les centres médicaux de proximité et de limiter les soins inutiles. Il prévoit aussi de réorienter les patients vers les médecins libéraux pour les soins courants afin d’alléger les prises en charge hospitalières. Ces projets gouvernementaux devront normalement être ratifiés par une nouvelle loi au début de l’année 2019.