Comme dans les autres pays européens, l’homéopathie tient sa place dans les centres de santé espagnols. Les produits homéopathiques disposent d’une autorisation de mise en vente et d’usage. Pourtant, ils ne font pas l’objet d’études cliniques d’efficacité. Les vertus de ces traitements restent alors sans preuve. En ayant recours à une telle thérapie, les situations des patients se détériorent, vu l’inefficacité de certains produits. Les médicaments non validés scientifiquement mettent en danger la santé publique. Afin de limiter les éventuels dégâts, les autorités espagnoles lancent des mesures prohibant les produits dont l’efficacité n’a pas été prouvée de manière scientifique.

Plans de guerre contre l’homéopathie

Les autorités espagnoles se lancent dans une lutte à tous les niveaux. Les universités, les hôpitaux, les laboratoires, voire les professionnels de la communication, sont mobilisés.

Mesures prises dans les centres sanitaires et les universités

Le plan de l’Espagne touche à la base du système de santé dans tout le pays. Ainsi, les établissements formant l’ensemble du personnel de santé sont soumis à de nouvelles mesures. Le ministère lance la révision des modalités pour l’attribution des diplômes. Seuls les programmes avec de véritables valeurs scientifiques seront validés. Les établissements de santé doivent retirer les pseudo-thérapies, sous peine de retrait de leurs statuts de centres sanitaires. Cela concerne aussi bien les entités publiques que privées.

Produits homéopathiques désormais soumis aux tests

Auparavant, les médicaments classiques sont les seuls à passer par les laboratoires en vue d’examens d’efficacité. Madrid soumet les produits homéo au même sort. Pour être agréés, les traitements en homéopathie doivent maintenant passer par des tests prouvant leur efficacité. Parmi les 2000 produits et plus sur le marché, seulement une douzaine bénéficie de l’agrément des laboratoires. Les articles homéopathiques dont l’efficacité n’est pas prouvée restent mis en vente. Mais la remarque doit s’afficher sur les emballages.

Publicités mensongères, la lutte commence

Des fabricants se lancent dans le mensonge pour promouvoir leurs produits. L’agence de médicament prend des mesures contre ces pratiques afin de protéger la santé publique. D’ailleurs, les résultats fournis par les laboratoires seront mis à la disposition de tous. Les patients pourront alors agir de manière rationnelle en choisissant leurs modes de traitement.