L’Amref ou Association pour la Médecine et la Recherche en Afrique est une ONG fondée en 1957. Elle est la première organisation qui se préoccupe réellement de la santé publique en Afrique. Le siège de l’association est situé à Nairobi, au Kenya. Pour réaliser ses actions humanitaires, cette ONG déploie une stratégie basée sur la proximité avec la population.

Depuis sa création, l’Amref lutte pour que tout le peuple africain puisse accéder aux soins, d’une manière équitable. En effet, la valorisation du domaine de la santé participe au développement économique du pays. L’organisation met au cœur de son activité les soins destinés aux femmes et aux enfants africains. Elle élabore plusieurs programmes de santé afin d’aider le peuple, particulièrement les personnes qui habitent dans les zones reculées et défavorisées.

Origine de l’AMREF

Il y a 60 ans, quelques médecins anglo-saxons ont formé un groupe pour venir en aide à la population dans les zones les plus isolées du Kenya. Ce groupe a utilisé un avion-ambulance pour se déplacer à Nairobi. Ce voyage a donné naissance au « Flying Doctors », qui sera appelé plus tard « African Medical and Research Foundation » (AMREF). Au fil des années, cette ONG n’a cessé de se développer. Aujourd’hui, elle constitue la première organisation sanitaire à but non lucratif en Afrique.

Dans le cadre de ses activités humanitaires, l’Amref se positionne en faveur d’une démarche ascendante ou bottom up. Cette approche consiste à évaluer la situation existante au sein de la population, afin de réaliser des projets de santé durables. Cette organisation est parvenue à aider 10 millions de personnes en 2017. Elle a dispensé des formations à 125 000 Africains et a établi plus de 160 programmes de santé.

Les femmes, des éléments-clés du développement

De nombreux projets initiés par l’Amref touchent en priorité les femmes. L’ONG intervient surtout en Afrique subsaharienne, c’est-à-dire dans les régions de : Tanzanie, Kenya, Ouganda, Soudan, Éthiopie, Afrique du Sud, Guinée, Sénégal, etc. Elle a, par exemple, créé une campagne internationale appelée « Stand Up for African Mothers ». Cette sensibilisation incite les femmes à prendre en main leur santé et leur avenir. Elle a pour objectif d’assurer la formation de 15 000 sages-femmes et permettre la réduction de 25 % du taux de mortalité maternelle en Afrique. Les programmes de formation concernent plus de 15 pays africains.

 

Pour garantir la qualité de la formation, l’Association pour la Médecine et la Recherche en Afrique collabore avec de multiples partenaires. La formation diplômante favorise l’employabilité et l’autonomie des sages-femmes africaines. Ces dernières auront leurs contributions dans l’éducation et la formation des filles. Elles pourront faire connaître aux jeunes filles leurs droits sexuels ainsi que les dangers du VIH Sida.

 

Une telle action est très prometteuse, car en Afrique, de nombreuses jeunes filles ont des grossesses précoces. Ce problème est une conséquence de l’insuffisance d’éducation. Face à la situation, la présidente de l’Amref France Mireille Faugère souligne l’importance de l’empowerment de la gent féminine.