35 startups de Biotechnologie font appel aux experts fournis par le groupement d’employeurs Biosupport.

Groupement d’employeurs innovant

De plus en plus de jeunes pousses font appel à des Groupements d’employeurs pour combler leurs besoins d’expertise. Biosupport figure parmi les GE auxquels se confient les startups. Le groupement commence à offrir ses services en 2006 à Évry. Il est présidé par Bernard Orlandini. Actuellement, toute l’Ile-de-France peut bénéficier du groupement. Issue des sociétés spécialisées dans la santé et la biotechnologie, l’entité fournit des matières grises pour ces domaines. Ainsi, des startups connues dans l’oncologie comme Xentech, ou dans les produits d’insectes (Ynsect) font appel au GE. Anova Plus, Metafora Biosystems et Watchfrog se servent de la même technique.

Une diversité de fonctions proposée

Les jeunes entreprises de biotechnologie ont certainement besoin des spécialistes en informatique. Le savoir-faire de ces derniers est incontournable lors des processus de traitement des données. Comme toute entité, il faut un profil spécialisé pour s’occuper des questions financières. Les startups de Biotech passent des contrats, se heurtent à des situations où des connaissances en droit sont nécessaires. Un expert juridique s’avère essentiel pour une société instituée de manière légale. Comme les startups fournissent des produits à mettre en vente, le domaine de la relation clientèle ne doit pas être omis. Le besoin en spécialistes en communication et marketing se fait alors sentir.

Or, engager tous ces profils devient trop onéreux pour une jeune pousse. D’ailleurs, le besoin peut être temporaire. Voilà pourquoi Biosupport propose des profils pointus en finance, en IT, en juridique, en marketing ou qualité. Les entreprises adhérentes trouvent facilement des services répondant à leurs demandes.

Missions des employés

14 employés ont été recrutés par Biosupport. Le groupement engage ces salariés en CDI et les paie à temps plein. Les employés travaillent pour les startups adhérentes, selon les besoins de celles-ci. Les missions varient alors, selon les entreprises qui demandent le service. La gestion de trésorerie du groupement exige quelqu’un qui reste travailler en interne. Il en est de même pour le prévisionnel. En général, un employé passe sa semaine dans deux, voire trois startups. Engager le service du GE, c’est avoir un profil qui maîtrise déjà les contraintes de règlement, les brevets et les pratiques liées au domaine.

Tarification

Les entreprises adhérentes au groupement s’acquittent au moins de 400 euros par an. Ce tarif ne peut pas excéder les 800 euros. Les heures effectivement utilisées par chaque startup sont ensuite facturées. Les bénéficiaires du GE paient alors au total le tarif d’adhésion avec les prix en fonction des horaires. Un acompte doit être versé à Biosupport pour minimiser les risques financiers. Les adhérents s’engagent annuellement sur leur nombre d’heures. Certaines entreprises finissent par recruter l’employé envoyé par le GE. Lorsque cette embauche se réalise de manière inopinée, la société verse à Biosupport un dédommagement financier.